Journée burkinabè sans papier

Le MDENP

L’Association for Information and Image Management (AIIM), - communauté mondiale des professionnels de l'information - a désigné le 25 octobre de chaque année comme Journée mondiale sans papier encore appelée World Paper Free Day. Cette initiative vise à encourager les entreprises à se tourner vers le numérique et limiter ainsi leur impact sur l’environnement. Dans

cette logique, la Commission de l’Union Africaine a pris une note verbale en 2009 qui exhorte les Etats membres à organiser des activités spéciales pour célébrer la Journée africaine sans papier dans le cadre de la Semaine africaine des TIC fixée en décembre de chaque année. Pour ce faire, le Burkina Faso a intégré cette manifestation dans la célébration annuelle de la Semaine nationale de l’Internet et des TIC (SNI), depuis 2009.

Au regard de son importance particulière, les participants à l’atelier bilan des dix éditions de la SNI ont recommandé de consacrer une attention particulière à cette manifestation en la dissociant de la SNI. Aussi, mon département, avec l’ensemble de ses partenaires, célèbre ce jour 17 décembre 2015 la Journée burkinabè sans papier autour du thème : « TIC et développement durable». Il ne s’agit pas d’une journée contre le papier. Il s’agit plutôt d’une halte pour mener la réflexion sur la nécessité de promouvoir l’utilisation des moyens numériques et la réduction des moyens papiers dans le stockage, la communication et la gestion de l’information.

De l’utilisation exponentielle du papier

D’après les spécialistes, les coûts financiers et environnementaux de l’utilisation du papier sont encore trop importants. Un individu utilise en moyenne entre dix-sept (17) et vingt (20) rames de papier par an. Près d’un milliard de photocopies sont réalisées chaque jour au sein d’un même pays et un travailleur utilise en moyenne cinquante (50) feuilles de papier par jour soit une consommation de dix mille (10000) feuilles par an pour un équivalent en poids de quarante-cinq kilogrammes (45kg). La plupart des transactions professionnelles nécessitent plus d’une seule feuille de papier : un contrat peut facilement atteindre les deux cents (200) à trois cents (300) pages. Selon des statistiques disponibles à travers le monde, la France utilise environ dix-neuf millions (19 000 000) de tonnes de papiers par an, les Etats-Unis d’Amérique dépense en moyenne quatre milliards de dollars US chaque année pour seulement du papier.

Au Burkina Faso, les statistiques ne sont pas encore disponibles mais au moins une chose est sûre, le papier est beaucoup utilisé dans le cadre du fonctionnement de l’administration publique et privée. Préparation et compte rendu de réunions, note d’information ascendante et descendante dans l’administration burkinabè… tous nécessitent du papier, énormément de papier. Très souvent, des cartons contenant des documents administratifs précieux encombrent les allées de certains locaux et autres centres administratifs. L’état dans lequel ils sont conservés les rend difficilement exploitables. Et pourtant, ils sont d’une richesse inestimable car selon les spécialistes, quarante pour cent (40%) de la richesse des organisations reste dans les archives, d’où une perte considérable.

Conséquences sur l’environnement et sur les dépenses publiques

L’utilisation du papier n’est pas sans conséquence pour l’environnement. Ce sont des hectares de forêts qui sont dévastées chaque jour pour obtenir la pâte à papier à partir de fibres contenus dans le bois. Sachant qu’un arbre permet la production de huit mille (8 000) à dix mille (10 000) feuilles de papier, ces chiffres paraissent exorbitants.Et cela ne concerne pas uniquement nos ressources en arbres mais également celles en eau. En effet, la production d’une seule feuille de papier peut nécessiter jusqu’à quarante centilitres (40cl) d’eau, ce qui devient énorme à grande échelle.

Au plan des dépenses publiques, l’achat du papier, les impressions, les photocopies, les reproductions pèsent énormément sur le budget de l’Etat. En dématérialisant les documents et en les signant de façon électronique, ce sont des dizaines de milliers d’arbres qui pourront être sauvés à terme.

De la solution par les TIC

L’utilisation des TIC réduirait « la facture écologique ». Elles ont un apport positif pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Des secteurs impulsés par les TIC présentent des atouts pour l’environnement. Il s’agit notamment du télétravail et des réunions à distance, de l’optimisation des transports et des déplacements, du e-commerce, de la dématérialisation des procédures administratives et la minimisation des consommations énergétiques des bâtiments. Les TIC sont aussi des technologies de transformation qui améliorent la capacité des utilisateurs à créer et à s’adapter. On peut citer comme exemples de ces transformations, l’utilisation des TIC pour améliorer les pratiques agricoles et forestières, contrôler la pollution de l’air et de l’eau, améliorer les moyens de prévenir les catastrophes et d’y remédier, améliorer l’efficience des secteurs de l’énergie, des transports et des biens et services, et utiliser les réseaux sociaux pour opérer des changements d’attitude et de comportement.

De nos jours, les supports numériques - de la clé USB au Datacenter - permettent de stocker d’importantes quantités d’informations, de les mettre à la disposition de tous, à tout moment, faisant ainsi vivre éternellement l’information produite. Nous sommes aujourd’hui convaincus, qu’il est inutile de produire les montagnes de papier qui encombrent souvent nos réunions. L’information nécessaire à une réunion peut être mise en format électronique et compilée sur quelques clés USB partagées par le groupe.

Des avantages considérables

L’utilisation des outils TIC permet de réaliser des économies directes : en temps de préparation/distribution des documents de réunion ; en frais d’impression et de reprographie d’où un prolongement de la vie utile du matériel d’impression et de reproduction ; en termes de délais de diffusion de l’information (ordre du jour, documents confidentiels, rapports…).

D'autres aspects sont aussi à considérer, tels que l'assurance d'un meilleur respect de la confidentialité et la disponibilité des documents à jour et en tout temps.

Des bonnes pratiques à partager

Une Journée Burkinabè sans papier donne l’occasion à tous de prendre de bonnes résolutions et d’encourager son entourage à repenser l’utilisation du papier de manière plus intelligente. Consommons moins de papier chaque jour en : n’imprimant les documents que si cela est nécessaire ; imprimant toujours nos documents en recto/verso ; exploitant au maximum les procédures administratives dématérialisées du e-gouvernement ; archivant nos documents administratifs grâce aux outils GED (gestion électronique des documents).

Car, réduire la consommation de papier de seulement dix pour cent (10%) permettra une réduction de la consommation de CO2 à hauteur de 1,6 million tonnes dans le monde.

Alors faisons des TIC, un outil essentiel dans la gestion quotidienne de nos organisations et un moyen de lutte pour la préservation de l’environnement.

Aussi, je vous invite à faire du slogan ci-après une réalité vivante dans vos structures.

Excellente célébration à toutes et à tous !!!

Je vous remercie.

Le Ministre

Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer ce message qu'en cas de nécessité