Discours d'ouverture de la CAFDO 2017

Discours d'ouverture du Ministre du Développement de l'Economie numérique et des Postes, Madame Hadja Fatimata OUATTARA/SANON

- Monsieur le Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale, Ministre en charge du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert,
- Madame la Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies au Burkina,
- Monsieur le Représentant résident de la Banque Mondiale au Burkina, - Monsieur le Secrétaire Exécutif du GODAN,
- Monsieur le représentant du Centre de Recherches pour le Développement International,
- Mesdames et Messieurs,
- Tout protocole respecté,


Je voudrais avant tout propos, souhaiter à vous tous ici présents, au nom du gouvernement et en mon nom propre, la bienvenue à la première édition de la Conférence d’Afrique Francophone sur les Données Ouvertes (CAFDO).

Cette conférence se veut un tremplin pour le renforcement des capacités des francophones sur la maîtrise des enjeux liés à l’ouverture des données afin que nos Etats puissent en tirer le maximum de profit.

La CAFDO constitue également un cadre d’échanges et de partage d’expériences pour tous les acteurs du développement.

Mesdames et Messieurs,

 Cette conférence se tient dans un contexte de renforcement de la démocratie dans nos Etats avec toutes ses exigences : exigences d’accès à l’information pour les citoyens, exigences de transparence dans la gestion de la chose publique, et exigences de lutte contre la corruption. Les données ouvertes sont donc une réponse à toutes ces exigences en ce sens que l’ouverture des données des institutions permet le partage, la transparence, et partant, le renforcement de l’Etat de droit, valeurs auxquelles les plus hautes autorités de notre pays ont un profond attachement.

C’est conscient de cette donne que depuis 2013, le Burkina Faso, à travers le projet Burkina Open Data, Initiative de l’Agence Nationale de Promotion des TIC, a déjà emprunté le chemin de l’ouverture des données. A cet effet, notre pays dispose d’un portail national de données, de plusieurs applications de réutilisation que vous aurez l’occasion de découvrir tout au long de vos travaux.

La plus célèbre d’entre elles est sans doute « Open Election » qui a permis de révolutionner la diffusion des résultats lors des élections couplées présidentielle et législatives de 2015. En effet, grâce à cette application, les Burkinabè ont pu suivre en temps réel les résultats de leurs élections. Toute chose qui a contribué à l’organisation d’élections libres, transparentes et acceptées par tous.

 Mesdames et Messieurs,

« Open Election » n’a été possible que parce que les données étaient disponibles en ligne dans un format ouvert et donc facilement réutilisable.

C’est pourquoi, je lance un vibrant appel aux ministères et institutions publiques, aux Organisations Non Gouvernementales, aux centres de recherche, aux partenaires techniques et financiers à faire de l’ouverture des données une réalité dans l’espace francophone.

Je demeure convaincue que sans la donnée il n’est pas possible de prendre une bonne décision, de faire des orientations stratégiques, de faire de l’analyse prospective. En définitive, sans donnée, pas de développement maîtrisé.


C’est pourquoi le thème de cette conférence : « Ouverture des données, quels apports pour les objectifs du développement durable ? », est pertinent et d’actualité.

Le département dont j’ai la charge est très attentif aux résultats de vos travaux qui vont aider à impulser la dynamique de l’ouverture des données dans le but de contribuer à l’atteinte des Objectifs du Développement Durable.

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurai terminer mon allocution sans faire un clin d’œil à nos partenaires dont les efforts conjugués ont permis la tenue de la présente conférence. Je voudrais ici remercier tous ceux qui ont œuvré et qui œuvrent toujours pour la réussite de la CAFDO. Mes remerciements vont particulièrement à la Coordination du Système des Nations Unies au Burkina, à la Banque Mondiale, au GODAN, à ITICC, à CFI Media, et au CRDI.

Je formule le vœu que vous puissiez durant ces trois jours de réflexions identifier des projets structurants et réalisables pour tous les pays participants. Je souhaite aussi que cette conférence soit le début de la construction d’un réseau de leaders francophones sur les données ouvertes.

Vive les données ouvertes,

Vive la CAFDO,

Je vous remercie