Audit sur la Cyberlégislation

Les acteurs de l’écosystème numérique du Burkina Faso veulent se doter d’un cadre juridique robuste de lutte contre la cybercriminalité

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en collaboration avec le Ministère du Développement de l’Economie numérique et des Postes, a commandité un audit sur la cyberlégislation au Burkina Faso dont la restitution a eu lieu le mardi 6 mars 2018 à l’Hémicycle. Cet atelier de restitution a été présidé par Monsieur Michel BADIARA, représentant le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée de l’allocution du Représentant de l’OIF, Monsieur Emmanuel ADJOVI, de celle de la Ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes, Madame Hadja OUATTARA/SANON et du discours d’ouverture du représentant du président de l’Assemblée nationale.

A l’entame de son discours, Monsieur ADJOVI a témoigné de la compassion de toute l’OIF au peuple du Burkina Faso suite à l’attaque terroriste survenue à Ouagadougou le vendredi 2 mars 2018. Selon lui, cette attaque est une « tentative d’intimidation et de déstabilisation ». A sa demande, une minute de silence a été observé à la mémoire de tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines de ces terroristes.

Revenant sur le sujet du jour, Monsieur ADJOVI a indiqué que l’audit dont la restitution les a réunis à l’Assemblée nationale du Burkina Faso, a pour objectif de baliser le secteur de l’économie numérique en vue de l’éclosion d’un écosystème numérique prospère.

A sa suite, Madame Hadja OUATTARA/SANON a dans son allocution, remercié l’OIF ainsi que tous les acteurs de l’écosystème numérique pour leurs efforts soutenus pour le développement de l’économie numérique dans notre pays.  Evoquant l’objectif de l’audit, elle a indiqué qu’il vise à améliorer l’arsenal juridique en matière de lutte contre la cybercriminalité au Burkina Faso. Cet arsenal de son avis, a pour but de protéger les investisseurs, les entrepreneurs ainsi que les utilisateurs des services de communications électroniques.

Dans son discours d’ouverture, Monsieur Michel BADIARA, représentant le président de l’Assemblée nationale, estimant que les deux allocutions précédentes ont suffisamment balisé le terrain, a déclaré ouvert l’atelier de restitution de l’audit sur la cyberlégislation au Burkina Faso.

L’atelier a enregistré la présence effective des acteurs majeurs de l’écosystème numérique au Burkina Faso.

 

DCPM/MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES