Projet PRICAO

L'objectif du PRICAO-BF est d'accroitre la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité et de diminuer les coûts des services de communication au Burkina Faso. Pour ce faire le projet qui va engloutir plus de 23 millions de dollars US soit environ 11 milliards de FCFA en cinq ans, se décline en trois composantes :

Composante 1 : Amélioration de la connectivité ;

Composante 2 : Création d’un environnement propice et le renforcement des capacités institutionnelles pour une connectivité améliorée ;

Composante 3 : Mise en œuvre du Projet.

Composante 1 : AMELIORATION DE  LA CONNECTIVITE

Elle vise à garantir la connectivité internationale pour le Burkina Faso à travers deux sous composantes  

Sous composante 1 :Amélioration de la Connectivité internationale qui consiste en :

  •  la fourniture d’une connectivité internationale globale à l’ensemble des opérateurs agréés du Burkina Faso, à travers l’achat d’une  bande passante à haute capacité auprès des pays voisins et devant être livrée à un Point de présence désigné ou Point d’atterrissement virtuel dans le pays. Cette sous composante inclut aussi l’élaboration du cadre juridique et de transaction pour les Partenaires Public Privés y relatif, y compris pour le processus d’appel d’offres, et englobant le financement de la location de capacité et les coûts d’exploitation et de maintenance ainsi que la fourniture d’équipements et de services requis à cet effet ;
  • la mise en place d’un Point d’atterrissement virtuel libre d’accès, y compris un Point d’interconnexion internet (IXP), à travers des  travaux et fournitures de biens et services requis pour la construction du point d’accès et d’interconnexion des opérateurs sur le territoire de notre pays à la capacité fournie par des operateurs réseaux de câbles sous-marins et le financement des coûts récurrents du VLP et de l’IXP.

Sous composante 2 : Amélioration de la Connectivité régionale qui consiste au :

  • développement d’une liaison par fibre de la capitale Ouagadougou à la ville de Paga à la frontière avec la République du Ghana en vue de fournir une redondance, la sécurité et un accès élargi à une capacité à faible coût, englobant le financement du contrat de fourniture et d’installation à cet effet de la prestation de services consultatifs pour le processus d’appel d’offres ;
  •  déploiement de l’infrastructure nationale du Burkina afin d’améliorer l’accès aux communications, à travers des travaux et la fourniture de biens et de services, aussi bien de consultants que de non-consultants, requis pour l’installation d’un réseau virtuel étatique à haut débit en vue d’améliorer l’utilisation des TIC des institutions publiques décentralisées.

 Composante2 : CREATION D’UN ENVIRONNEMENT PROPICE POUR LA CONNECTIVITE

Cette composante concerne l’exécution d’un programme d’assistance technique et de renforcement des capacités dans le but de créer un environnement favorisant la mise en place d’un modèle d’appropriation et de gestion des infrastructures internationales, régionales et nationales sur la base de cadres de Partenariat Public-Privé (PPP). Ces cadres de PPP doivent respecter les principes de libre accès non discriminatoire requis pour la réussite de la mise en œuvre de la Partie 1 du Projet, tout en maximisant le rôle du secteur privé et couvrant la prestation de services et de biens, requise

Composante 3 : GESTION DU PROJET

Elle vise à fournir le soutien nécessaire pour renforcer la capacité du gouvernement à mettre en œuvre le projet, y compris le fonctionnement de l’Unité d’exécution du Projet, l’acquisition de matériels informatiques, roulants et de bureaux ainsi que la mise en œuvre du système de suivi-évaluation.

Ce projet qui va certainement améliorer de façon significative l’accès aux TIC est placé sous la coordination de l’Unité de coordination du programme sectoriel des transports (UC/PST).Le PRICAO-BF en définitive, profitera à plusieurs acteurs de développement à savoir les universitaires, les opérateurs et utilisateurs de télécommunications, les écoles et l’administration publique et à tous les utilisateurs des TIC.