Aller au contenu principal
BACKBONE
  • Burkina Faso / Unite - Progres - Justice

Promotion et soutien des Start-ups : les acteurs se concertent autour des propositions du ministère en charge du numérique en vue de la formulation d’un projet de loi mutualisé et consensuel


actualites

(Ouagadougou, le 24 mars 2021). Le Secrétaire général du Ministère de l’Economie Numérique, des Postes et de la Transformation digitale a présidé ce matin, un atelier de restitution du rapport sur l’élaboration d’un projet de loi de promotion et de soutien des Start-ups, en présence de représentants des ministères en charge des finances et du commerce.



Les temps forts de cette rencontre ont été marqués par le mot de bienvenue du Secrétaire général, de la présentation du rapport suivie des échanges.

D’entrée, Monsieur Kisito TRAORE a souhaité la bienvenue à tous les participants et salué la présence des acteurs des départements ministériels invités. Il a indiqué que la question des Start up est multidimensionnelle car prenant en compte l’emploi, la jeunesse et surtout l’innovation. Ce qui est un signe majeur d’avancée et de progrès, d’où la nécessité pour les différents acteurs, de se réunir pour fédérer leurs énergies afin de sortir un document de consensus a-t–il soutenu. Pour clore son propos, il a invité les participants à s’investir sans complaisance dans les échanges pour bien peaufiner le document.

A sa suite, le cabinet qui a eu la charge de conduire l’étude a livré les conclusions des travaux. Dans sa communication, le consultant Louis Modeste OUEDRAOGO a fait savoir que dès le départ, le cabinet s’est basé sur l’existant et toutes les structures rencontrées ont souhaité un regard pointu sur le financement et l’accompagnement des Start up. Toujours selon lui, la promotion des Start up constitue un moyen pour lutter contre le chômage et il est opportun qu’un projet de loi soit mis en place pour les encadrer. Des recommandations fortes ont été formulées par le cabinet. Ce sont entre autres une opérationnalisation rapide de la loi dès son adoption, la création d’un cadre institutionnel et la définition d’une disposition organisationnelle précise et distincte en vue de mieux orienter les start-ups, enfin la mise en place d’un mécanisme clair de financement et de garantie.

Prenant la parole, le Directeur général du Développement de l’Industrie numérique (DGDI), Monsieur Rodrigue GUIGUEMDE, a traduit toute sa gratitude à l’endroit du cabinet de consultants. Il a ensuite émis le vœu que le processus entamé puisse continuer dans le sens de la mutualisation avec l’implication déjà annoncée et affichée des représentants des ministères et des différents acteurs. Rendez-vous a été pris pour l’atelier de finalisation des documents consensuels.


Partager sur :