Aller au contenu principal
BACKBONE
  • Burkina Faso / Unite - Progres - Justice

Initiative jeunesse et numérique pour le développement : le rapport d’étude de faisabilité validé


actualites

(Ouagadougou, le 15 Avril 2021) Le Ministère de l’Economie numérique, des Postes et de la Transformation digitale, à travers la Direction Générale du Développement de l’Industrie numérique (DGDI), a organisé ce matin à Ouagadougou, une rencontre de validation du rapport de l’étude de faisabilité de l’initiative jeunesse et numérique pour le développement. La rencontre a été présidée par le Directeur Général du Développement de l’Industrie numérique, Monsieur Rodrigue GUIGUEMDE, représentant le Secrétaire général du Ministère.



A l’ouverture des travaux, Monsieur Rodrigue GUIGUEMDE a au nom du Secrétaire général, traduit toute sa reconnaissance au cabinet Prospective Afrique pour le travail mené et remercié les participants à la rencontre pour leur disponibilité. Il a indiqué que les jeunes sont le fer de lance d’une nation et à travers cette étude de faisabilité de l’initiative jeunesse et numérique pour le développement, le Ministère de l’Economie numérique, des Postes et de la Transformation digitale entend valoriser les capacités et les potentialités de cette jeunesse dans le secteur du numérique. Monsieur Marius YAMEOGO du cabinet Prospective Afrique, a quant à lui, remercié le département en charge du numérique pour la confiance placée à sa structure pour mener cette étude.  En ce qui concerne l’étude menée par Prospective Afrique, on note que plusieurs aspects ont été pris en compte avec 9 objectifs spécifiques. Il s’agit de l’analyse de la faisabilité du projet, de la viabilité du projet, de la détermination de la structure institutionnelle de mise en œuvre, de l’insertion socio-professionnelle des jeunes entre autres. Comme méthodologie, le cabinet a utilisé l’approche participative.  Des jeunes menant des activités sur le numérique, des entreprises de services publics, des jeunes diplômés dans le domaine du numérique dans les différentes régions ont été interviewés. Au total 673 personnes ont été touchées pendant l’enquête menée par le cabinet. Il ressort que des formations diplômantes et professionnelles existent bien au pays, mais il faudra travailler à développer d’avantage des technologies adaptées, à valoriser les compétences locales et organiser des formations surtout dans les domaines de la cybercriminalité et des systèmes réseaux au profit de la jeunesse.  Le cabinet estime qu’avec la mise en place d’un centre dans le domaine du numérique, cela va contribuer à la création d’emplois et réduire le taux de chômage des jeunes. Les résultats de cette étude ont été fort appréciés par les participants qui ont apporté des observations, des suggestions et des recommandations. A cette rencontre le fonds burkinabè de développement économique et social et le fonds d’équipement des nations unies qui soutiennent l’initiative étaient présents.


Partager sur :